Antonio Rodriguez

Rodriguez, Antonio

Né en 1973, Antonio Rodriguez enseigne la littérature française à l'Université de Lausanne. Dans le champ poétique, il mène une double activité de critique et de créateur. A côté de ses essais, de publications dans des ouvrages collectifs et académiques, il construit une oeuvre poétique personnelle. Il vit à Pully.
 

Bibliographie

  • Après l’Union. Poésie continentale, Saint-Benoît-du-Sault, Tarabuste, 2017.
  • Big Bang Europa, Saint-Benoît-du-Sault, Tarabuste, 2015.
  • En la demeure, Moudon, Empreintes, 2007.
  • Ce qui, noir, prend souffle, livre d’artiste avec Catherine Bolle, Pully, Traces, 2007.
  • Quelle éthique pour la littérature?, Sous la direction de Florence Quinche et Antonio Rodriguez, Genève, Editions Labor et Fidès, 2007.
  • Saveurs du réel, Moudon, Empreintes, 2006.
  • Modernité et paradoxe lyrique : Max Jacob, Francis Ponge, Paris, Jean-Michel Place, 2006.
  • Le Pacte lyrique, Liège, Mardaga, 2003.
«Après l’Union». Poésie continentale, Saint-Benoît-du-Sault, Tarabuste, 2017.
«Après l’Union». Poésie continentale, Saint-Benoît-du-Sault, Tarabuste, 2017.

un jour, il n'y eut plus de témoins – alors, rien,
silence, ils avaient disparu, depuis toujours nous
les avions connus ; maintenant, nous héritons des
mots, des corps et même des étoiles tombées au sol,
alors, rien, silence,

il reste des troncs, de l'herbe, du sable, de la boue,
du lichen, des fougères, des racines, de l'écume, de
la brume, des milliers de monuments à entretenir,
alors rien, silence, nous fixons le sol,

les petits interrogent «où sont-ils?», nous hésitons,
ils nous regardent: fumées, ruines, barbelés, vagues,
Europe d'avant l'Union,

l'Europe, toujours ce mot, sublime parmi les dé-
combres, encore un peu, malgré l'Europe, il nous
faut tout reprendre,

(Antonio Rodriguez, Après l'Union, Tarabuste, extrait du prologue)